lundi 27 mars 2017

Pollution sonore à Lubumbashi, l’autorité prône la tolérance !

La ville de Lubumbashi est de plus en plus bruyante. Le long des rues commerçantes, les vrombissements de générateurs électriques se mêlent à un excès de musique et de cris des vendeurs. Une dangereuse pollution sonore qui ne semble pas inquiéter les autorités. Lubumbashi semble condamné à vivre dans le bruit. Bruit des voitures, des mégaphones, des groupes électrogènes utilisés faute d’un bon réseau électrique… Devant presque chaque magasin, un haut-parleur au volume poussé à fond vante les produits qu’il propose, alternant... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 02:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 6 mars 2017

Dans les rues de Lubumbashi, des enfants aux bons soins de la nature!

Ils sont des centaines, tellement nombreux dans nos rues qu’aucune institution n’en possède les chiffres réels actuels. J’en ai des larmes quand j’en vois des dizaines errant comme si « les arbres » dont ils dont descendus sont déjà tombés. Des arbres !, trop exagéré pour désigner ces mamans et papas qui ont renoncé à être réellement parents dans un pays qui a ratifié la convention des droits de l’enfant, entre autres. Les "enfants de la rue", enfants de notre honte ! Selon l’Unicef, la RDC en... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 02:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 1 mars 2017

Chers opposants congolais: Enterrer Tshisekedi, une priorité avant la république?

La mort de Tshisekedi vient-elle conforter le pouvoir de Kabila ? Difficile de l’affirmer, mais la réalité semble accréditer cette thèse. Exiger un enterrement spécial pour Etienne Tshisekedi fait perdre du  temps et détourne le débat. Pauvre Tshisekedi ! Même mort, il règne et s’oppose toujours. Sa mort aura au moins permis de montrer l’hypocrisie de nos politiciens, du pouvoir comme de l’opposition. La vérité c’est que personne n’a osé traiter la mort de l’éternel opposant comme un non-événement. Un long deuil sans... [Lire la suite]
jeudi 23 février 2017

L’Eglise Catholique congolaise en feu : Le prélat a-t-il trop voulu bien faire ?

Commune de Limite à Kinshasa, la paroisse catholique Saint Dominique vandalisée et profanée, l’histoire a vite fait froid au cœur. C'est là où tout a commencé avant la même scène à Kananga au grand séminaire de Malole, puis à Lubumbashi. Si ce n’était que le début, les auteurs s'affichent déterminés à poursuivre avec leurs tristes actions à travers la république. Homophobie ou nouvelle tendance ?, en tout cas cette situation alarme la conscience tant de l’Eglise que du peuple congolais. Pourtant n’a de bonne motivations... [Lire la suite]
mardi 7 février 2017

Etienne Tshisekedi est vraiment mort? Oui, et alors!

C'était le 1 février 2017! Une bibliothèque a brûlé, un baobab est tombé ou mieux encore, les expressions sont légions pour parler de la mort l’opposant qui n’aura rien eu de plus historique que son opposition. Etienne Tshisekedi est parti avec ses 84 ans de vie et son grand mérite  d’avoir été le premier docteur en droit du pays, la stature d’éternel opposant et sa constance dans ses positions, même celles de vaine gloire, d’être resté populaire jusqu’à sa mort. Tshisekedi est aussi mort président de la république si l’on s’en... [Lire la suite]
samedi 28 janvier 2017

Et des morts avec l'enrôlement des électeurs en RDC: Lubumbashi aussi a son lot!

Deux centres d’enregistrement des électeurs déjà fermés dans la ville cuprifère suite à la situation sécuritaire et aux déviations enregistrées, et ça ne fait que commencer. Dans la commune Katuba, l’une des plus chaudes de la ville, les centres d’enrôlement "Katuba 2" et  "Jiwe" ayant connu de crépitement de balles dont des candidats à l’enrôlement ont été victimes, sont les premiers à être fermés. Pourvu que d’autre ne suivent pas… Les policiers repartis dans divers centres d’enrôlement à des électeurs à  Lubumbashi... [Lire la suite]

mardi 24 janvier 2017

Très cher prix des soins médicaux à Lubumbashi (RDC)

Se faire soigner devient un véritable casse-tête pour les pauvres à Lubumbashi. Seuls les riches ont le privilège dans les hôpitaux. Les « fils d’Hippocrate » ont tellement haussé le prix des soins qu’il faut des milliers de francs congolais pour survivre à une maladie. Les pauvres n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Ainsi, lorsqu’on a pas de moyen, mieux vaut mourir à la maison que d’aller à l’hôpital. Pourtant, depuis mon enfance, alors que j’allais encore à l’école, j’ai appris que la vie humaine est sacrée ; et... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 03:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 14 janvier 2017

Lubumbashi, ville pour la paix ou pour l’épée?

Pour un candidat à la naissance, vaudrait-il mieux désormais choisir une autre ville pour l’instant? Lubumbashi ne rassure plus… Une ville pour la paix ou pour l’épée, en tout cas Lubumbashi a troqué sa tranquillité contre la dernière génération de l’insécurité qui ne déçoit pas. On pourrait bien dire qu’il n’y a pas de sot métier pour autant que semer le trouble est devenu un métier pour ceux qu’on a pourtant chargés de veiller sur la quiétude des citoyens. ATTENTION: **Ceci est une analyse du temps présent. Ma ville n'est pas... [Lire la suite]
mardi 10 janvier 2017

Lubumbashi: La deuxième ville de la RDC se noie!

Pour une année, disons que c’est mal partie pour 2017 à Lubumbashi, 2e ville de la RDC qui se targue d’être « ville propre ». Depuis une semaine, les pluies inondent des routes qui ont perdu leur canalisation. Il faut parfois des chariots pour rejoindre l’autre rive, oh ! Que dis-je, l’autre bout de la route inondée, en plein centre-ville.   Après la pluie, c’est la boue et les flaques d’eaux Beau ou mauvais, il y a quand même un temps après la pluie dans cette ville : le temps d’inquiétude lorsque vous êtes... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 02:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 25 décembre 2016

RDC - Politique : Quand la famille renie le père !

Que c’est dommage  qu’on en soit là dans un pays où l’on dit faire des dialogues une tradition et des lois un mode de vie. Une résistance pacifique, c’est l’appel qui avait été lancé mais la résistance entre forces de l’ordre et population, les morts dénombrés et les violences qui ont nourri les journées du 19, 20 et 21 décembre 2016 n’ont rien eu de pacifique. Ces manifestations donnent vie à la crainte d’une guerre civile pouvant même devenir ethnique. Depuis sa petite jeunesse, le congolais ordinaire d’aujourd’hui apprend... [Lire la suite]