« Une honte pour la police nationale » congolaise, c'est ainsi que certaines analyses déplorent l'intervention de la police le 15 novembre lors de la manifestation contre le pouvoir et le calendrier électoral. Le moment marquant restera celui marqué par la photo de la honte, la "photo choc" de l’arrestation de BINJA YALALA,  une jeune fille mineure prénommée Consolatrice, âgée de seulement 15 ans. Trouvée aussi manifestant parmi tant d'autres, à l'Est du pays, elle a été arrêtée sur l'île d’Idwji, près de Goma, à l'Est de la RD Congo.

Arrestation de Consolatrice. *Photo: capsud.net

Un traitement  honteux et ridiculisant

La petite BINJA n'aurait que 15 ans. Mais selon des sources évoquées par le site, elle aurait été « battue par la police comme les autres personnes interpellées lors de notre sit in pacifique ». Le site capsud.net cite son correspondant à Goma qui a affirmé que la jeune fille manifeste depuis toujours sur l'île.

La toile est alors inondée par des critiques, bien fondées contre la police congolaise qui a bafouée librement les prescrits de la loi 09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l'enfant en RD Congo, qui prône entre autres la liberté d'expression des enfants. Cette loi stipule, à son article 7, « Tout enfant capable de discernement a le droit d’exprimer son opinion sur toute question l’intéressant, ses opinions étant dûment prises en considération, eu égard à son âge et à son degré de maturité. » Et d'enrichir à son article 9 que: « Aucun enfant ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ». La convention internationale relative aux droits de l'enfant (20 novembre 1989), ratifiée par la #RDC est autant claire quant aux droits de l'enfant en pareille circonstance, notamment à son article 37.

Un geste pour la honte nationale

C’est un court instant qui jette la honte sur la police congolaise mais aussi la nation entière. S’il y avait lieu d’interpeler la petite BINJA, il n’y avait aucune raison de la menotter et ce publiquement. Cette jeune fille présentée la Lucha comme intelligente et brave, est aussi appréciée pour son militantisme qui dure, la faisant aspirer au changement.  « Elle est admirée pour son intelligence et sa générosité. Ce mercredi, elle a été arrêtée et battue par la police de #Kabila lors de notre sit in pacifique », dit le mouvement citoyen "Lucha", Lutte Pour le Changement".

A une des questions sur son âge et son engagement dans un mouvement citoyen, ceci serait sa réponse : « Je lutte pour que moi et les autres enfants de ma génération puissions avoir une vie meilleure. Je ne peux pas rester les bras croisés devant la misère et les humiliations que subit mon peuple. Dans une telle misère, qui peut garantir que je vais atteindre 18 ans ? ».

Quoi qu’il en soit, ce débordement pouvait être attendu car prémédité. En effet, la veille des manifestations du 15 novembre 2017, la police nationale congolaise à Kinshasa et au Nord-Kivu, avait promis de réprimer, d’arrêter ans pitié. Mais à l’issue de tout, cette même police s’est félicitée de ses arrestations©Fidèle BWIRHONDE ©fideleblog.canalblog.com