samedi 15 juin 2019

Rdc: La révolution de la communication à la présidence !

Les Congolais devront s'y habituer désormais. L'arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi a mis fin à la confusion qu'il y avait entre les fonctions de porte-parole du gouvernement et celles de celui du chef de l'état qui n'existait d'ailleurs pas. C'est aussi la fin de l'amateurisme dans la communication présidentielle. Après l'ère Lambert Mende, Les choses se redessinent qu'il n'y a plus d'ambiguïté. - Une révolution à la présidence de la Rdc ? La communication présidentielle et la parole qui l'accompagne doivent être maniées par... [Lire la suite]

dimanche 9 juin 2019

Notre Afrique hurle de douleurs... Réflexion d'un théologien sur un théologien !

Introduction Nous nous proposons dans le présent texte d’analyser les arcanes de la « douleur africaine » à la lumière des idées forces du théologien africain Jean-Marc ELA, dans son œuvre "Le cri de l’homme africain"[1]. Nous partirons de sa biographie pour aboutir à la pertinence de ses idées pour notre Afrique qui « hurle de douleur ».  Car, nous semble-t-il, pour mieux découvrir la pensée d’un auteur il importe de le situer. Ainsi une simple « relecture critique », voire une... [Lire la suite]
vendredi 25 janvier 2019

Atteinte à la vie de la femme, la RDC est-elle si dangereuse ?

Initialement publié sur habarirdc.net Par Fidèle Bwirhonde Dans un classement (2018) des pays les plus dangereux pour les femmes dans le monde, la République démocratique du Congo a occupé la septième (7è) position. C’est la Fondation Thomson Reuters qui a fait ce classement sur un total de  dix pays représentant un univers invivable pour les femmes et les jeunes filles. Une bien triste façon de saper l’identité de certains pays, j'ai envie de dire. Pourtant, à y regarder de près, la procédure donne à réfléchir… Après... [Lire la suite]
vendredi 17 novembre 2017

RD Congo : Des politiques discontinues… pour le développement ?

L"Etat de la République Démocratique du Congo, assure le pouvoir, "répond au standard international." C'est selon l'œil qui regarde. Bien que toujours en chantier, on révolutionne la modernité, chacun selon sa politique.  On se tire des boulets et à la fin on n'avance plus. Presque plus personne ne sait vraiment où on en est entre développement et sous-développement. Trois politiques pour le seul Katanga Nous sommes au Katanga. De Moise Katumbi à Célestin Pande Kapopo passant par Jean-Claude Kazembe, le Katanga et le... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 1 octobre 2017

Ville de Lubumbashi: La santé publique en danger!

Depuis des années, la ville de Lubumbashi est un marché où tout se vend, tout au vrai sens. C'est le cas des médicament de toutes natures, vendus aux coins des rues et dans les couloirs de bâtiments.  On pourrait croire que les vendeurs des médicaments dans les rues de Lubumbashi sont d’une même école. Ils sont, presque tous, spécialistes des aphrodisiaques. Certains ont choisi la nature et ne proposent que des racines, feuilles, fruits, poudre, et parfois des liquides que eux seuls peuvent nommer. Et pas besoin de... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 27 mars 2017

Pollution sonore à Lubumbashi, l’autorité prône la tolérance !

La ville de Lubumbashi est de plus en plus bruyante. Le long des rues commerçantes, les vrombissements de générateurs électriques se mêlent à un excès de musique et de cris des vendeurs. Une dangereuse pollution sonore qui ne semble pas inquiéter les autorités. Lubumbashi semble condamné à vivre dans le bruit. Bruit des voitures, des mégaphones, des groupes électrogènes utilisés faute d’un bon réseau électrique… Devant presque chaque magasin, un haut-parleur au volume poussé à fond vante les produits qu’il propose, alternant... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 02:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 24 janvier 2017

Très cher prix des soins médicaux à Lubumbashi (RDC)

Se faire soigner devient un véritable casse-tête pour les pauvres à Lubumbashi. Seuls les riches ont le privilège dans les hôpitaux. Les « fils d’Hippocrate » ont tellement haussé le prix des soins qu’il faut des milliers de francs congolais pour survivre à une maladie. Les pauvres n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Ainsi, lorsqu’on a pas de moyen, mieux vaut mourir à la maison que d’aller à l’hôpital. Pourtant, depuis mon enfance, alors que j’allais encore à l’école, j’ai appris que la vie humaine est sacrée ; et... [Lire la suite]
Posté par BWIRHONDE Fidele à 03:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 25 décembre 2016

RDC - Politique : Quand la famille renie le père !

Que c’est dommage  qu’on en soit là dans un pays où l’on dit faire des dialogues une tradition et des lois un mode de vie. Une résistance pacifique, c’est l’appel qui avait été lancé mais la résistance entre forces de l’ordre et population, les morts dénombrés et les violences qui ont nourri les journées du 19, 20 et 21 décembre 2016 n’ont rien eu de pacifique. Ces manifestations donnent vie à la crainte d’une guerre civile pouvant même devenir ethnique. Depuis sa petite jeunesse, le congolais ordinaire d’aujourd’hui apprend... [Lire la suite]
jeudi 8 décembre 2016

RÉFLEXION - Enfants et Droits humains: Quelle incompatibilité avec le travail?

Les droits de l'homme tels que édictés par les Nations-unies, acceptés par le monde, sont encore un leurre pour quelque milliers de citoyens du monde. C'est le cas de ces enfants pour qui la protection est indispensable puidque constituant une catégorie de plus vulnérables. Pour eux, un ensemble de mesures spécifiques ont été prises pour presque vaine gloire, avec plus de rigidité que de flexibilité. C'est le lieu de reparler du travail des enfants, ce travail que toutes les agences des nations-unies s'accordent à dénoncer et bannir... [Lire la suite]
samedi 22 octobre 2016

"C'est ça le Congo!"... Quand le fatalisme se nationalise!

Que c'est fatal d'être fataliste! Mon coeur galope, j'ai peur... La nationalité congolaise ne sera plus pour longtemps qu'une affaire d'humains. Le fatalisme nous a rattrapé et devient congolais comme moi. Président de la République silencieux malgré des massacres au pays où Élections improbables malgré les lois, pas de surprise puisque c'est ça le Congo, la RDC est ainsi faite. Pourtant, ça en est trop avec cette fatalité devenue vie et caractéristique d'un peuple. Mais peut-être bien qu'être blogueur congolais, comme moi, c'est... [Lire la suite]