samedi 28 janvier 2017

Et des morts avec l'enrôlement des électeurs en RDC: Lubumbashi aussi a son lot!

Deux centres d’enregistrement des électeurs déjà fermés dans la ville cuprifère suite à la situation sécuritaire et aux déviations enregistrées, et ça ne fait que commencer. Dans la commune Katuba, l’une des plus chaudes de la ville, les centres d’enrôlement "Katuba 2" et  "Jiwe" ayant connu de crépitement de balles dont des candidats à l’enrôlement ont été victimes, sont les premiers à être fermés. Pourvu que d’autre ne suivent pas… Les policiers repartis dans divers centres d’enrôlement à des électeurs à  Lubumbashi... [Lire la suite]

dimanche 7 juin 2015

TROIS JOURS SANS PÉTROLE : APRES LA DÉBANDADE, LA VIE A REPRIS A LUBUMBASHI

La ville n'est pas morte mais elle a été secouée, traumatisée et ralentie. Lubumbashi était en panne sèche organisée, il y a trois jours. Plus une seule goutte ne coulait à la pompe pourtant aucune pompe n'était sèche. L'heure était à la grève des pétroliers particulièrement décidés à faire bouger les lignes des politiques publiques congolaises (RDC). Peu importe ce que les pauvres citoyens ont subi comme coût, le mouvement a bien marché. - Les raisons de la grève 24 heures après la levée de la grève des pétroliers de la ville de... [Lire la suite]
dimanche 19 octobre 2014

SÉCURITÉ ROUTIÈRE A LUBUMBASHI...UN JOUR, UN ACCIDENT !

Il est presque 11 heures à Lubumbashi, je viens d'assister à un accident que je me permets de vous relater... Véritable "chien-écrasé", peut-on se dire. Je me concentre sur le fait et les protagonistes : deux chauffeurs, des policiers, puis plus. Nous sommes au croisement des avenues RUWE et KABALO, à quelques mètres de la résidence présidentielle de la ville. La circulation n'est pas si intense, et c'est normal puisque c'est un dimanche. Et voilà un pickup conduit par une dame dont je préfère couvrir l'identité. Néanmoins, elle... [Lire la suite]
dimanche 13 juillet 2014

11 JUILLET 1960 - 11 JUILLET 2014: LA SECESSION KATANGAISE EN MEMOIRE

La panique était sur les visages de la plupart des habitants de Lubumbashi comme tous les Katangais. Alors que l'insécurité rongée déjà suffisamment les citoyens, l'approche de la date du 11 juillet est venue s'en meler, rappellant la sécession du Katanga en 1960. La menace a semblé encore plus concrétisable face à la présence reconnue des rebelles "Bataka Katanga" pronnant la séparation du Katanga du reste de la RDC. Au coeur de la démarche, une convinction que la province ne reçoit pas du gouvernement centrale tout e qau'elle mérite... [Lire la suite]
mercredi 30 avril 2014

BÂTIMENTS PUBLICS DE LUBUMBASHI, DES ARBRES QUI CACHENT LA FORET!

La lutte contre l'insalubrité à Lubumbashi (RD. Congo), ne se porte pas mieux que la multiplication de tas d'immondices dans la ville, mais des efforts seraient fournis par les services urbains. Quant aux méthodes utilisées, aux cibles visées et aux résultats atteints, on peut se permettre un doute fondé. La ville regorge de plusieurs bâtiments publics dont l'importance et l'histoire font d'eux des monuments et espaces de référence dans la ville. Dans l'ensemble, ce sont des bâtiments abritant des services de l’État et qui... [Lire la suite]
mardi 15 avril 2014

PLUS DE PEUR QUE DE MAL, LE ROBOT N'EST PAS "MORT", LE ROBOT NE "MOURRA" PAS.

On a failli cracher sur le fruit du génie congolais. Ce robot intelligent commis à la régulation de la circulation routière, implanté à la place de la poste de Lubumbashi et qui a attiré beaucoup d'attention à sa mise en fonction, voici quelques semaines, s'est montré "malade".  Une panne subite est venue le surprendre en fonction. Lundi 14 avril, le robot est tombé dans l'immobilité en début de l'après-midi, faisant passer l'admiration aux dédains. La circulation a été perturbée, le désordre a retrouvé sa place, comme... [Lire la suite]

mercredi 19 mars 2014

LUTTE CONTRE L'INSALUBRITE A LUBUMBASHI: LE RESPECT DE L'HOMME EN QUESTION

Diriger sans ou avec terreur, certaines autorités sont pretes à tout, pourvu que leurs principes s'imposent. Nous sommes à Lubumbashi, les immondices ont encore une place de choix parmi les hommes et le maire de la ville en a assez. Du coup, il faut redorer le blason terni dans sa juridiction. Pourtant, la population remet sur table la question des procédures et du respect de l'être humain par les autorités de la ville pendant leurs tournées. Dans le souci de vivre dans un milieu sain, la mairie de Lubumbashi avait exigé à tous les... [Lire la suite]
samedi 8 février 2014

SANTE : ET SI SEULEMENT ON ETAIT CE QU’ON MANGE !

Depuis que le revenu moyen de mes concitoyens n’est plus significatif, s’acheter des aliments, des produits médicaux et/ou cosmétiques, des vêtements… peut désormais se faire partout dans la rue. On parle de "marché pirate", mais les effets en sont plus que pirates. Hélas, "mon peuple péri par manque de connaissance".  Exposés aux rayons solaires comme à la poussière, à la pluie comme à la boue, à diverses manipulations comme à diverses bestioles, ces produits sont pourtant les consommables quotidiens d’une large partie de ma... [Lire la suite]
jeudi 23 janvier 2014

LES MILICIENS "BAKATA KATANGA" TOUJOURS ACTIFS AU KATANGA, L'ETAT TOUJOURS ENDORMI!

La sécurité n’est pas près à faire le quotidien des citoyens congolais, pas même au Katanga où ca va de mal en pis. Dans le territoire de Pweto, environ  six centaines de maisons réduites en cendre par les miliciens Bakata Katanga durant quatre jours (du 17 au 21 janvier) dans près de 20 localités. Au nombre de victimes se listent des malades et des élèves dont les hôpitaux et écoles ont subi la terreur de ces miliciens. Du coup, la brousse devient le dernier habitat pour les paysans. Des sources rapproches affirment que les... [Lire la suite]
samedi 11 mai 2013

LUBUMBASHI : CES ROUTES DEVENUES DES CARS WASHES

Dans une ville où couvrir ses besoins quotidiens relève désormais d’un héroïsme, les moins forts pour se distinguer puisent dans leur mine d’intelligence pour survivre. Mais très souvent, leurs efforts vont au-delà du civisme et de la citoyenneté, mettant en péril infrastructures publiques et développement communautaire. Détruire pour se nourrir, ce n’est vraiment un mode citoyen. Sous le regard des dirigeants de moins en moins protecteurs des infrastructures publiques, les routes sont les principales victimes inconsciemment ciblées... [Lire la suite]