La sécurité n’est pas près à faire le quotidien des citoyens congolais, pas même au Katanga où ca va de mal en pis. Dans le territoire de Pweto, environ  six centaines de maisons réduites en cendre par les miliciens Bakata Katanga durant quatre jours (du 17 au 21 janvier) dans près de 20 localités. Au nombre de victimes se listent des malades et des élèves dont les hôpitaux et écoles ont subi la terreur de ces miliciens. Du coup, la brousse devient le dernier habitat pour les paysans. Des sources rapproches affirment que les incendies enregistrés seraient causés sous le commandement de MALUSOKE et MANDRAKWA, deux chefs miliciens.

Bakata_Katanga__Miliciens_congolais

On notera que les mêmes miliciens auraient ravagé les localités de Diambala et Kakokonya où des pillages ont été enregistrés dans la nuit du 16 janvier dernier. Parmi les biens emportés se comptent du bétail, des produits agricoles et d’autres. Au même moment des menaces planent dans l’intérieur de la province du Katanga. Toutefois, en ce qui concerne Pweto, l’administrateur du territoire se réserve de toute affirmation.

Quand à l’avenir de la jeunesse de Pweto qui n’implique pas moins celle de la Rdc, une inquiétude demeure. Les responsables de la  province éducationnelle de Pweto n’affichent aucune  conviction quant à la poursuite des activités scolaires, les seules écoles du coin ayant été incendiées, même les manuels scolaires.

Pendant cet temps, on se vante d'avoir une armée couvrant tout le territoire national et toujours victorieuse. Une belle utopie! On a beau avoir refoulé de la ville de Goma les rebelles du M23, mais au fond rien n'est gagné, juste une faible étape franchie. Une situation sécuritaire qui se dégrade au quotidien ne peut donner à personne le sentiment d’être chez-lui tant que l'Etat est incapable de lui assurer ne serait-ce qu'une simple survie. Tout perdre et être oublié par l'Etat, on est presque mort quand on sait que dans un village les produits agricoles et le bétail sont la seule richesse disponibles alors qu’on se les fait piller. Franchement, l'Etat congolais n'est pas moins tueur de son peuple, quand on considère son inertie, surtout que les victimes sont très souvent oubliées. ©fideleblog.canalblog.com