Brusquement, le débat sur ce pauvre chauffeur qui s'est immolé la veille à Lubumbashi a disparu au profit de la politique. Pour cause, Joseph KABILA a réalisé son vœu, celui de se passer des élections de gouverneurs pour assouvir son désir de nommer les commissaires spéciaux à la tête de 21 nouvelles provinces de la RD Congo. Jeudi 29 octobre 2015, le président de la république a nommé par ordonnance ceux qui tiendront lieu de gouverneurs de nouvelles provinces, et ce à durée indéterminée, sinon vague.

Joseph KABILA, Président RDC **Photo: www.france24.com

- Problème d'adultes

On peut désormais se l'imaginer car ceci expliquerait bien cela. Visiblement, même s'ils ne l'admettent pas, c'est pour ce jeu qu'ils ont suspendus les assemblées de provinces, sachant qu'elles ne soutiendraient sûrement pas ces manigances politiciennes socialement malsaines. Est-ce un plan machiavélique ou souci de bonne gouvernance?, On ne le saura pas bientôt avant les conséquences. Plusieurs inconnus font leur apparition dans cette équipe de secours, mais quelques marionnettes connues ne disparaissent pas. Selon l'ordonnance présidentielle (N°15/81 du 29 octobre 2015), monsieur le président a décidé que les heureux ou malheureux (qui sait!) nominés resteront au pouvoir jusqu'à l'élection de futurs gouverneurs. Pourvu que cela arrive! Mais puisque c'est monsieur le président qui aurait décidé seul, qu'il en soit ainsi, dira-t-on.

- Le choix de la Cacophonie

Seules cinq provinces sur 26 gardent la cadence malgré les nominations. Désormais, l'on parlera des commissaires et des gouverneurs de province dans un même pays. De mêmes entités dirigées par deux types d’autorités, c’est spécial, en effet. Belle ambiance cacophonique, comme si on en avait pas déjà assez vu. Si des provinces comme le Lualaba gagnent des commissaires connus pour sa destinée, d'autres voient débarquer d'inconnus à leur direction.

Mais au Nord et au Sud-Kivu, par exemple, ces nominations ne sont que simples informations car ces provinces congolaises gardent leur configuration d'antan, comme trois autres. Gouverneurs et Commissaires spéciaux seront-ils collègues bien qu’ils aient tous de provinces à gérer ? Il y a peu de chance, mais c'est de la politique, et ici, ça marche avec ruse et manipulation.

- Et fameux principe de la parité

On pourra toujours promettre le paradis aux femmes, mais l’effectivité se fera toujours en arrière-plan. Sur les 21 commissaires spéciaux nommés par le président de la république, seules deux femmes se retrouvent à la tête de province. Toutes les autres sont adjointes aux commissaires. Et le rêve d’un certain pourcentage au nom de la parité s’envole. Non, le pouvoir de Joseph KABILA ne s’élargit pas assez aux femmes dans la prise de décision.

Pour l’avenir, l’on sait bien que les élections ne seront pas bientôt organisées pour doter ces provinces des gouverneurs. La RDC sait donc que ces commissaires spéciaux seront là pour très longtemps, même si l’ordonnance qui les a nommés spécifie le caractère provisoire de leur pouvoir. Attendons voir…  ©Fidèle BWIRHONDE ©fideleblog.canalblog.com