Les couleurs de l'année scolaire 2015-2016 en RD Congo se gravent déjà sur les étendards des écoles publiques notamment, et l'Unicef ne reste pas à l'écart. Dans la matinée du mercredi 18 août, le vice-gouverneur du vieux Katanga et son ministre de l'éducation, aux cotés de la directrice régionale de l'Unicef ont lancé officiellement l'année 2015-2016 dans un centre dédié aux Jeunes à Lubumbashi. "L'unicef est notre partenaire proviligé en cette matière" 

Rentrée Scolaire avec L’UNICEF à Lubumbashi - RDC **Phot: FideleBlog

- Bienvenue à l'école!

Des élèves à prendre en charge durant toute l'année, des fournitures scolaires à distribuer dans plusieurs écoles y compris des campagnes de sensibilisation des parents à envoyer tous les enfants à l'école, c'est la tâche que l'Unicef assure d'assumer. Mais dans un pays où la classe moyenne n'existe pas, les parents qui ont assisté à cette cérémonie s'attendaient à bien plus que de beaux cahiers promis par l'Unicef. « Il sont venus et c'est louable, mais insuffisant. Après ces beaux discours, qui s'occupera de nos enfants? Et la gratuité de l'enseignement alors? ».

Par pure coïncidence, les représentants du gouvernement congolais sur place ont réaffirmé la politique nationale de la gratuité de l'enseignement à l'école primaire et encouragé les parents à donner une chance à leurs enfants, tous sexes confondus. Pourvu que ça dure!  Et à son tour l'Unicef renouvelait son appel à inscrire les filles comme les garçons à l'école, autant que les mentalités changent.

Des discours prononcés sur le lieu, l'on retiendra pour l'Unicef le soutien en fournitures scolaires et le vœu de voir tous les enfants de 6 à 7 ans inscrits à l'école. Et nous, journaliste ami de l’enfant, on s’en réjouit. Pour l'Etat, l'on a appris que seuls les frais principaux (minerval et frais des imprimés, notamment) seront couverts par la gratuité réaffirmée.

- L'école pour tous!

Tous les enfants à l'école, l'Unicef nous a bien apprise la chanson. Cependant, il aura beau avoir duré ce slogan mais les mentalités n'ont pas totalement changé. Les villes ont fait un pas mais leurs périphéries et les milieux ruraux peinent encore. La gratuité de l'enseignement primaire aussi serait une utopie dans les écoles des villages et même dans certaines villes.

Elle pourrait bien être effective cette gratuité, mais faudrait-il encore repenser les infrastructures scolaires et le payement des enseignants. Dans l'ex-province du Katanga où la cérémonie susmentionnée a eu lieu, des centaines d'élèves sont sans écoles jusqu'à étudier sous les arbres. Alors pour eux, l'enseignement gratuit n'existe pas puisque dès le départ rien ne vaut rien chez-eux. Dans plusieurs parties du pays, le bon ou mauvais enseignant, on ne connait pas. On connait simplement "enseignant".

L'Unicef a salué l'initiative du gouvernement congolais de bâtir 1000 écoles annuellement, et c'est un projet merveilleux. Mais nul n'ignore qu'on ne verra pas bientôt le bout du tunnel malgré les bonnes initiatives plus parlées que concrétisées. Mais quoi qu'il soit, on conviendra que filles et garçons tout le monde a droit à l'école. Alors ensemble, unissons nos voix, plaidons et soyons amis de l'enfant. Bonne rentrée scolaire à nos enfants! ©Fidèle BWIRHONDE ©fideleblog.canalblog.com