De Kinshasa vers le monde, le gouvernement congolais a un nouveau chant: « la croissance économique à deux chiffres ». C'est bien beau, et tant mieux si c'est vrai. Mais dans un contexte où les dirigeants veulent se mettre ou se remettre en confiance, la fiabilité dans un moment pareil n'est pas donnée à tout prix. C'est cela la peine que plusieurs congolais ont à croire en cette croissance chantée mais pas ressentie.

Croissance Economique (Illustration) *Ph. : http://education.francetv.fr/

Il y a une chose qui révolte. Dans la deuxième semaine de mars, le gouvernement a annoncé que la croissance économique de la RDC est parmi les trois premières évolutions économiques du monde à ce jour. C'est bien, mais « Nous connaissons la chanson», comme réagissent certains congolais. La mascarade actuelle rappelle le gouvernement de Léon KENGO WA DONDO. Premier ministre en son temps, il a aussi fait croire à la nation que tout allait bien. En vérité, tout n'allait bien que dans sa tête, son camp, mais même pas son gouvernement. Je suis de ceux qui croient que le premier ministre actuel, Matata PONYO, a beau être expert économiste mais il n'a pas assez d'argument cette fois pour le peuple congolais quant à la croissance économique.

Qu'est-ce que c'est une croissance économique ? N'est-ce pas une amélioration, non seulement dans la caisse de l'Etat et les poches des gouvernants, mais bien plus dans le quotidiens des populations ? Je m’écarte des dictionnaires… Visiblement, l'inflation semble maîtrisée autant que le taux d'échange, mais le niveau de vie alors pas encore. Aucun congolais aujourd'hui, neutre de toute influence et sobre d'esprit ne saurait soutenir le gouvernement sur sa lancée actuelle.

L'eau, l'électricité, les routes, les soins sanitaires,... un véritable calvaire pour les congolais, pourtant signes pouvant approuver cette croissance. Le panier de la ménagère se vide davantage, le coût de la vie monte davantage, les riches sont de plus en plus riches, les pauvres également. Pourquoi le gouvernement ne nous parle pas des personnes sorties du chômage avec précision du nombre d'emplois créés. C'est clair que quelque chose a été fait dans tous les sens.

Nous avons une école de statistique, mais de quels moyens est-il doté ? Personne ne peut donc nous prouver à ce moment que la croissance économique de la RDC est véritablement proche de 10%. Les chiffres avancés par le gouvernement congolais sont rassurants, voire très rassurants, mais la méfiance va avec parmi les citoyens. Que ces chiffres soient réels, ce n'est pas la peine de les crier pour simple envie de mettre en confiance les citoyens dont la vie demeure misérable, chaotique. Et donc difficile à accrocher, du moins les moins naïfs d'entre nous.

En cette période, le gouvernement congolais voudrait tout mettre au four pour finir le mandat sans charge, mais c'est impossible et irréalisable. Monsieur le président a pris trop de temps à vivre sa vie, les différents gouvernements aussi ont pris le leur à faire table rase des initiatives des prédécesseurs pour tout recommencer sans avancer. Et voilà où on en est aujourd’hui.

En fait, croissance ou pas croissance économique, ce sont des nuits sans électricité, des routes invraisemblables, des hôpitaux sans médicaments ou peu sûrs, des ventres creux,... que les congolais veut éliminer. Là alors, ils nous parleront de la croissance. Ce sera quand les exodes rurales n'auront plus pour causes, la faim et la pauvreté, mais l'envie de revenir au village où il fera beau vivre. L'amour de mon pays m'y fait croire mais pas avec ce type d'hommes. ©Fidèle BWIRHONDE  ©fideleblog.canalblog.com