58 ans après son atroce assassina, l'homme reste un monument en Afrique et dans monde. Un référence dont plusieurs bibliothèques du monde ne voudraient manquer de cliché quand chez lui on le connait moins que David Livingstone ou Stanley. A sa mémoire sont dédiées des rues, université, formations idéologiques,... En RD Congo, son pays, s'il a pu être déclaré "héros" national par ses bourreaux, Patrice LUMUMBA n'est porté que par quelques rues et livres mais aussi des controverses sur sa lutte.

Patrice E. Lumumba *Photo: www.ammafricaworld.comPatrice LUMUMBA est plus actuel que jamais. Mais bien plus par les hommages parfois fantaisistes et moqueurs, les contradictions et antagonismes autour de son nom, que par une réelle volonté de valoriser son combat de plus en plus remis en question.

- Un héros contesté...
La "honte de l'Afrique", c'est Lumumba à en croire un écrivain de Lubumbashi, chef-lieu de la province où il rendit l'âme, trahi par les siens. Le "Père de l'indépendance" de la RDC, c'est aussi lui d'après ceux qui se croient plus honnêtes et justes envers sa mémoire.
- Mais où placer Lumumba aujourd'hui?

Un historien, croit en la têtutesse de la vérité. "Lumumba est un Héros, et c'est tout. On n'est pas appelés à partager la même considération mais la dignité humaine s'impose à nous tous. Le combat de Lumumba était nationaliste et les congolais doivent en perpétuer les acquis. Pas question de salir cette mémoire de la seule personne qui n'avait jamais trahi la nation." Mais cette prise de position rencontre de plus en plus d'oppositions. Pour certains, "C'est sous couvert d'une vision soviétique que Lumumba prétendait militer pour l'indépendance, mais au fond, c'état pour lui seul. Borné qu'il était, il n'a pas pu décrypter les retombées de sa précipitation et ses actions. La nation n'avait personne pour hériter des acquis de l'indépendance et les citoyens n'étaient pas vraiment préparés à de nouveaux comportements après l'indépendance. Les belges étaient encore utiles mais Lumumba n'avait pas de tête pour le comprendre. En plus, pillages qui ont suivi étaient encouragés par Lumumba lui-même." C'est la conviction de monsieur Freddy, un chercheur indépendant en pleine rédaction d'un livre sur la "Mémoire indigne" du "prétendu héros national".

- Lumumbz, le têtu ?
Patrice Lumumba, tout premier premier ministre du Congo indépendant, a beau avoir lutter pour l'indépendance mais il n'avait jamais été bien entouré, et c'est pour plusieurs raisons. Têtu de nature, visiblement opiniâtre, l'histoire le présente comme quelqu'un prêt à tout pour atteindre ses objectifs contre tous, tant qu'il se convainc qu'il est sur le bon chemin. Cela ne lui a pas attiré que des sympathies, pas même dans son propre camp politique. Mais quoi qu'il en soit, nul ne devrait insulter sa mémoire. S'il a pu se montrer borné, c'est non seulement qu'il était peu instruit et soutenu, mais qu'il était aussi convaincu d'avoir raison dans sa démarche, surtout que tous ceux qui pouvaient l'en dissuader étaient pro-colons. C'était une lutte entre conviction et méfiance. Mais pour autant, l'on ne peut salir sa mémoire aujourd'hui, celle d'un nationaliste convaincu, malgré ce qui se dit de vrai ou de faux.

La mémoire collective le retiendra, l'indépendance de la RDC n'a été salie que par les congolais eux-mêmes. "Insulter la mémoire de Lumumba, c'est trahir son noble sacrifice pour la nation, personne n'en a le droit", disent ceux qui adhèrent à son idéologie. Dans tous les cas, sans Lumumba, l'indépendance du Congo-Kinshasa pourrait encore attendre, et peut-être même jusqu'aujourd'hui. ©Fidèle Bwirhonde ©fideleblog.canalblog.com