L'ex-province du Katanga en manque de positionnement dans la politique congolaise actuelle tente de se relancer dans la course malgré elle. Les ambitions sont bonnes mais les pas semblent lourds. Visiblement, même les partisans du pouvoir perdent quelque peu la cadence.

Ville de Lubumbashi, RDC *Photo: www.radiookapi.netAu nom de la société civile, une marche de soutien au dialogue politique convoqué par Joseph Kabila était prévu avec la bénédiction du maire de la ville. Alors que les esprits étaient déjà à jour, c'est à la dernière minute que l'annulation est annoncée mais pas autant que l'invitation. De bouche à oreille, c'est comme une traînée de poudre que s'est partagé le message. Le programme médiatisé au départ en grande pompe s'est annulé silencieusement.

 - Les raisons sont diverses...

A qui prend la parole, la raison est originale. La société civile qui a échoué ce coup prétend vouloir laisser les femmes jouir pleinement de leur mois de mars. Pas donc besoin de surcharge! Mais on le sens, ceci n'est pas fondé car les préparatifs de la marche ont commencé bien longtemps et les annonces et appels ont été lancées en mars. Fausse raison donc...

Mais au même moment, des raisons politiques seraient couvertes. La marche qui se voulait totalement civile aurait été menacée d'une invasion politicienne qui viendrait du groupe G7. Ces derniers s'affichaient opposés au dialogue, alors qu'un de leurs, Kyunga Wa-Kumwanza, encourageait la marche. Pourtant, dit-on, il fomenter un mauvais coup pendant la marche. Mais, dommage pour lui...

- Malheur des uns, bonheur des autres...

Finalement l'annulation de la marche n'aura pas été que désagréable, bien au contraire. Les grands bénéficiaires auront été les commerçants et chefs d'entreprise qui, malgré la pression, n'auront pas perdu quelques heures ou rien du tout. Chez "Katanga design", un agent ne regrette rien. « Quelques agents ne sont pas venus et voilà qu'on a du travail double. Avec ça, c'est des clients qui s'échappent et de l'argent perdu. On nous fait fabriquer des clients déçus et insatisfaits. J'espère que ce report ne sera jamais suivi ». En effet, les souvenirs du 16 février sont encore frais. Certains commerçants ont encore des amandes à honorer, jusqu'à 500 dollars américains pour avoir observé la journée ville-morte, donnant victoire à l'opposition. L'aventure ne devrait pas se répéter.

Visiblement, la position politique de l'Ex-Katanga est loin d'être claire. Cette partie de la RDC se recherche encore un bout de ciel dans la vague politique actuelle. Si l'annulation de la marche a été plaisir pour les affaires, bien que ralenties, elle n'aura pas été victoire pour le pouvoir. ©Fidèle BWIRHONDE ©fideleblog.canalblog.com