La modernité, est un concept devenu théoriquement congolais, quand la corruption s'enracinait en pratique normale et la démagogie en système politique. Avec leurs politiques politiciennes, les gouvernants de la RD Congo prennent pour dupe le peuple, eux étant des génies (si seulement) et, à leur faveur le peuple s'incline soigneusement. Dans cette vague de chants et musiques vantant la modernité prônée par le Président de la République Joseph Kabila, non sans faire face aux incrédulités d'une bonne frange de la nation, l'on a vu aussi s'accroitre tout ce qui est contraire à la modernité. Du coup, la vision présidentielle ne serait que slogan creux (?). Mais malheureux serai-je si je ne reconnaissais pas les actions concrètes et louables posées par monsieur le président, sans passer à la modernité.

- Des signes qui ne trompent pas!

Lubumbashi: Des vélos pour traverser une rivière sans pont. *Photo: Terrance K."La modernité en marche", c'est le refrain de la nouvelle politique toujours actuelle depuis cinq ans en RDC. Mon œil! Des pays comme le Sénégal où le sol et le sous-sol ont à peine à offrir, ou le minuscule Rwanda font émerger de tours et nouvelles villes de la terre sans richesse particulière par rapport à la RD Congo où un seul bâtiment voulu sérieux construit dans toute la capitale  a connu éloges et superlatifs allant de «plus moderne» à «bâtiment intelligent», décoré d'une retransmission par la télévision publique lors de son inauguration. Çà et là dans d'autres pays naissent des écoles véritablement modernes quand des enfants congolais peuvent encore être sans écoles ou étudier sous des manguiers même dans la modernité qui serait en marche. Modernité, bien sûr, quand en pleine ville on peut encore déclarer des invasions épidermiques de choléra et autres fléaux oubliés ailleurs. Dans la politique de la modernité, l'on s'initie à des insultes politiquement correctes grâce à la nouvelle citoyenneté.

A la place de doter la police nationale des moyens de locomotion ou du courant électrique et de l'eau, ne serait-ce qu'aux quartiers de villes d'abord, sinon dans les écoles et hôpitaux; les gouvernants s'adonneraient à endetter la nation, à consommer tout en ignorant les factures de leurs consommations, tout en appelant au civisme fiscal. Mais des efforts se comptent: des locomotives qui jamais ne roulent, des aéroports non classés, des lignes électriques utiles pour l'étranger, des minerais en surexploitation aux cotés de pauvres propriétaires mendiants,... c'est aussi de la modernité. Comme pour dissiper leur peur face au peuple fatigué des doses démagogiques, des marches et déclarations de soutien à des personnes plus qu'à la démocratie et de protection des intérêts privés de la république se sont modernisées bien plus profondément que les valeurs humaines et républicaines. Les prisons se nourrissent de défenseurs des droits de l'Homme et d'opposants politiques pour des causes vagues; les rues se remplissent de chômeurs, et d'enfants abandonnés. Non, y a mieux comme modernité. Mais merci pour la campagne...

- Et la modernité demain !

Le concept restera chargé de son sens premier, de la même conception et de la même désillusion congolaise. Et les monts des peines déclarées terminées continueront à s'eriger, comme pour se moderniser. Si l'on peut moderniser ce qui n'existe pas, alors le gouvernement congolais réussira. Bientôt les hommes passent, leurs idéologies aussi, comme les routes dont ils se vantent mais qui cèdent pourtant sans effort autant que leurs mandats sporadiques à la force du temps. Il faut voir au-delà de ce qui est affiché pour comprendre que la modernité n'habite pas ce pays.

Pourtant si modernité il y a, c'est peut-être en ces langues qui se délient, en ce nouvel élan qui voit de courageux dirigeants et politiques démissionner, en ce musiciens qui deviennent activistes. Mais c'est aussi en la multiplication d'expatriés devenus plus investisseurs et propriétaires que les autochtones dont les chances sont toujours réduites aux creuses promesses devenues politiques publiques. ©Fidèle BWIRHONDE ©fideleblog.canalblog.com