La République Démocratique du Congo est l’un des pays africains où les élections font l'essentiel de l'actualité politique aujourd'hui. Ces élections, on en entend parler, on en lit les prévisions mais personne ne peut assurer qu'elles auront lieu. Même pas ceux qui les organisent  ou plutôt les promettent. D’ailleurs aujourd’hui on nous parle déjà des voies transitoires et le pouvoir n’est pas contre. Ici, depuis le début de l'année, le calendrier électoral avait été rendu public et depuis lors, les politiciens congolais se bousculent et manipulent aussi bien la population qu’eux-mêmes. Et ça marche!

Attention, Manipulation "politique" **Photo: arretsurinfo.ch

On croirait que les plus riches et les seuls libres, les plus forts et dignes de nous sont les maillons du pouvoir. Et pourtant… Ils rivalisent égocentriquement de talents de bienfaiteurs et de bons parleurs, mais pas mieux. Malheureux les pauvres citoyens sur leurs passages et pire pour ceux qui ne peuvent autre que les écouter voire les accepter pour parvenir à rassembler toute la famille sans discorde autour d'un repas le soir. Parmi ces bons démagogues sont nés d'innocents et gentils contre ceux qu'ils présentent comme responsables de tout échec, renforçant par là la croyance dans nos pays que c'est l'opposant qui a toujours tort. L'heure actuelle est à la douce poésie, aux belles phrases et aux bilans toujours positifs. Surtout qu'on ne peut se trouver de plus bon juge que soi-même. Croyez ce que vous voulez, mais ici les hommes politiques sont des loups dont les griffes sont toujours sortis et ils ne manquent jamais de proie, d’autant qu’ils sont bons charmeurs.

Depuis peu, une tradition aux allures de campagne électorale apparait et prospère. Les acteurs politiques que l'on n'avait plus vus et dont on n'a plus entendu parler refont surface. Ces députés toujours dépités au parlement peuvent enfin s'approprier les micros et ce n'est pas bon du tout pour les citoyens.

Curieusement, ils sont presque tous du pouvoir en place et malheureusement, ils parlent pareil. Leur langage est électoraliste mais on s'y prête volontiers même illégal soit-il. Ils se baladent avec de l'argent en poche, des biens ou des vivres dans leurs véhicules et tout devient facile à faire devant une foultitude de misérables. Sans aucune âme, les foules ne tardent pas à se former et c'est l'objectif de ces manipulateurs qui voient en approche d’éventuelles élections d'ici octobre 2015 avant celles de l'an prochain. Il y a donc de quoi dépenser pour se ranger en ordre utile. Si seulement leurs cibles étaient exigeantes...

Comme en 2011, des associations d'amitié sinon de soutien à certaines personnalités naissent. Dans un silence désobligeant et arrogant, ceux qu'on entend se prononcer maintiennent le peuple dans le suspens et eux se maintiennent au pouvoir. Leurs allures sont celles de l'autoritarisme comme qui dirait que c'est à chacun de lire entre les lignes et de comprendre que la plus grande erreur est souvent celle de permettre à n'importe qui de se mettre dans une place qu'il ne mérite pas.

Et ces opposants, eux sensés cerner mieux les besoins du peuple, sont restés simples crieurs. Ils ne semblent pas savoir à qui sont-ils opposés et pour qui ils militent… Opposés même à leurs semblables, ces politiciens de la dernière heure sont devenus une porte à la manipulation laissant aux marionnettes de l'autre camp de se moquer de la nation. Et voilà que la transition politique s’impose progressivement aux congolais, avec l’idée de renvoyer les élections à d’autres dates très ultérieures. ©Fidèle BWIRHONDE ©fideleblog.canalblog.com