Les préliminaires des examens pour le bac 2014-2015 s'organisent dans mon pays, la RDC. Mardi 28 avril était le jour de la dissertation, un jour qui a connu aussi beaucoup de bévues que quelques élèves ont tenu à me rapporter plus tard. Certains surveillants auraient abusé de leur mission, notamment face aux filles. L'occasion faisant le larron, certaines se seraient vues fouiller par des hommes à la manière d'une police barbare. Qui a le Droit de fouiller une femme et comment procéder ? C'est cela qui inspire le présent article. Considérez-le comme un coup de gueule.

Une main indécente sur la cuisse d'une fille (IMAGE: http://www.lematinal.com/)

Trois filles et un jeune homme revenaient de leur salle d'examen. Moi, journaliste en danger, je rassemblais les propos de ces jeunes sur la passation de l'épreuve. Alors qu'une jeune fille me détaillait ses exploits, en voilà une qui nous interrompt. La pauvre était frustrée, toute déçue ayant subi une fouille comme tous les  élèves dans la même salle. « ...Un surveillant, voulant s'assurer qu'on avait rien sur nous pour tricher, nous a fouillés, et même de trop. ... Il m'a palpé la poitrine et les cuisses, ce qui m'a paru indécent et trop sexuel pour une fouille. Si cela valait autant, il aurait fallu une femme pour suivre les filles ». C'est cela ses lamentations ou mieux, ses plaintes. Avouons qu'elle a été très courageuse pour me le dire publiquement, et moi j'ai dû promettre d'en faire échos, bien qu'elle ait requis l'anonymat.

En voilà des situations embarrassantes pour une organisation. Effectivement, elle avait raison. Dans un centre d'examen où filles et garçons doivent se mélanger, l'équipe de surveillants doit aussi être mixte. D'une part, parce que certaines envies ne pourraient se révéler qu'au "semblable", question de fierté et de dignité. D'autre part, puisqu'une femme ne devrait être fouillée que part une femme, et un homme par un autre. C'est encore une question d'intimité.

Dois-je rappeler que peu importe son âge, une fille ou une femme a des droit comme tout être humain. Qui a le droit de prendre le corps d'une femme pour un objet ? Que vous soyez en couple, d'accord, mais cela non plus ne vous donne pas tous les droits sur l'existence de l'autre.

Avec ses 17 ans, cette jeune élève rêve d'une société où sa place ne lui est pas un don, mais un droit. Elle rêve, j'en suis convaincu, d'une société où l'homme est un partenaire et non un voisin redoutable. Elle n'est qu'au début de sa vie, et déjà elle a de bonnes raisons de craindre sinon haïr les hommes. Honte à ce type d'hommes ! 

Je cris à la place de toutes ces jeunes filles et ces femmes victimes des attouchements toujours fréquents. Je n'ignore pas ces jeunes garçons souvent violés par des femmes sans cœur.  Et pour elles et eux, j'écris ce texte pour rappeler que la dignité est un droit naturel. Et tout ce qui est sexuel rentre là dedans... On reste débout! ©Fidèle BWIRHONDE ©fideleblog.canalblog.com