Le jour où tout a basculé ne sera peut-être jamais connu, mais la dérive, elle, est quotidienne. Les progrès technologiques et les guerres que connait le monde aujourd'hui sont les conséquences de l'imaginaire humain, et bien plus. Le malheur dans tous les cas c'est que les victimes et les protagonistes sont toujours les mêmes. Mais c’est aussi cela l’image du monde aujourd’hui. Si seulement la Bible pouvait se tromper ! 

Les technos avec et parmi nous. Image : http://www.gizmodo.fr/

- Des progrès technologiques -

Le monde connait des mutations technologiques tant bonnes que mauvaises aujourd'hui. L'internet, d'abord conçu pour des fins militaires, s'est généralisé jusqu'à mériter le nom de « toile ». Une invention intelligente, en effet, mais dont l’innocence n'a pas échappé à l'avidité de « grandes puissances ». Et puis les industries qui se lancent à la conquête du numérique : chapeau, lunettes, téléphones, montres, stylos ou vêtements connectés et donc « intelligents »,... Certains concurrents n'ont pas pu achever la course et ont dû se reconvertir (BlackBerry, Nokia,...), alors que d'autres prenaient de l'ascension mondiale (Apple, Samsung, Huawei, LG,...), et ces plateformes (facebook, twitter, linkedIn, Hallocoton, ...) qui envahissent la toile et nos vies. Alors là, qui s'appartient encore ? Ni moi, ni toi.

Si au début les grandes puissances ne comprenaient pas les enjeux de l'internet, aujourd'hui la barre s'est placée trop haut. Rien que pour contrôler le monde, de nouvelles inventions sont devenues compétitives, pour des valeurs égoïstes. Des sites, des pages, des mots et des noms sous surveillance en ligne ; des téléphones sous surveillances, simplement pour nous garder sous contrôle. C’est bien bon, si tout le monde en bénéficier.

La crainte c'est qu'à l'avenir le peu d'intimité qui nous reste encore soit sapée. Et pour les pays du monde dit « tiers », le risque est davantage plus énorme. Ce sont ces pays où les produits technologiques sont incompris mais fort consommés, avec possibilité d'imposer une pensée unique. Là encore, on redoute l'insertion des puces dans les appareils numériques. Où est le droit à la vie privée ?, ce droit « défendu » par les mêmes qui le viole au nom de la sécurité nationale ou internationale.

Comme si cela ne suffisait pas, en voilà des voitures sans chauffeur, des voitures pouvant seuls imposer l’arrêt face à un obstacle, des télévisions et des téléphones pliables, des télévisions tellement « intelligentes » que l’homme les commande sans télécommande,... Et c’est quoi la nouveauté dans l’armement, les avions et les bateaux ? J’imagine des améliorations sur la portée de armes, sur les radars, le rapport pilote-avion et capitaine-bateau. Quoi qu’il en soit, les technologies ont changé le visage du monde sans sauver le monde, mais bien l’inverse.

 - Et les guerres dans le monde -

La guerre, une épine dans les pieds du monde. C’est véritablement ici que nous avons échoué. Les pays qui s'appellent « communauté internationale », eux qui ont les moyens, nous cassent les pieds à parler du combat pour la paix et l'unité entre les hommes et les nations, mais tout est vain et nul. La preuve c'est que la paix n'a jamais été trouvée presque nulle part au monde où cette communauté a trouvé libre cour dans les conflits.

Interrogez l'Iran ou l'Irak, l'Afghanistan ou la Somalie, la RDC ou la Libye, la Tunisie et l'Egypte, l'Ukraine ou la Syrie,... Bizarrement, aucun des pays dits « grandes puissances » n'est concernés. On citerait bien la Russie ou la Chine, la France ou les USA, mais là personne n'ose s'attaquer à personne. Là où la guerre n’a pas réussi à s’enraciner, c’est la galère, la misère au sein des populations. C'est là qu'ils se montrent sobres, limités aux simples menaces, ultimatums et discours, sans effets.

L'Organisation des Nations Unies et ses différentes agences sont aussi pointées du doigt. On parle d'elle en termes de « Complices » de l'instabilité dans le monde, mais pourquoi ? C’est comme en RDC où l’on a connu un temps des casques-bleus impliqués dans le trafic des minerais et des animaux. Et dire qu'ils sont venus nous aider, ça fait douter. Et le pays où l'aide a vraiment été effective, elle a été soumise à conditions avant, pendant et/ou après son exécution. D'où la tendance de « grands pays » à s'insérer, à s'infiltrer dans les politiques des pays dits « partenaires ».

Aujourd'hui, Boko Haram et les Jihadistes auxquels s'ajoute la guerre contre Ebola. Hélas, tout s'enracine en Afrique. Les USA comme la France, la Belgique, l'Allemagne ou la Chine ont différemment manifesté le souci d'aider les victimes, mais en vérité c'est souvent uniquement pour conserver leur monopole, garder le contrôle et paraître héroïque, sachant qu'il y a aussi un prix pour cela.

Le monde a-t-il toujours était ainsi ? Ce déséquilibre est-il naturel ou fabriqué par l'homme ? C'est cela l'accomplissement de certaines prophéties, dirait un chrétien. Quand nos parents nous parlent du monde où ils ont grandi, ils nous font rêver, mais saurons-nous faire autant à nos enfants au sujet de notre monde à nous. Les enjeux du moment sont plus nobles plus certains pays que les vies humaines. Pourtant dans les mêmes pays, les citoyens ne sont pas toujours d’avis. On ne sais pas où va mais on y va quand même. ©Fidèle BWIRHONDE  ©fideleblog.canalblog.com