Pour l'année 2015, ça en est fini avec le mois de la femme. Pour certains machos, ce n'est pas trop tôt, alors que plusieurs femmes en veulent encore, pourvu que cela serve utilement. J'ai assisté à une série d'ateliers durant ce mois, et des choses édifiantes j'en ai apprises, autant que d'autres désagréables pour l'honneur de nos princesses et reines. Et dans mon quotidien, des interrogations : Pourquoi et comment  est-on passé d'une journée à un mois entier de la femme, et quelle nécessité ce mois a-t-il pour la femme ? Personne ne m'a convaincu. La femme devrait-elle attendre son salut de l'homme ? Je n'y crois pas assez. Homme non pas sexiste mais « genré », je voulais aussi comprendre le sens que les hommes et les femmes avaient du genre par rapport au sexe et de leurs droits (humains), non pas respectifs mais communs.

Beijing+20 Logo *Ph. : www.un.org

Les réponses de femmes étaient incroyablement indignes d'elles et, je n'y reviendrai pas. Les pauvres, faibles de leur instruction ou désinformation, ne comprennent majoritairement pas grand-chose e leurs valeurs -Bien sûr, j'avais choisi les femmes moyennes-. Quand elles ont obtenu des pagnes neufs et qu'elles pourraient manger et/ou défiler autrement, ça suffit donner un sens au 8 mars ou à tout le mois. Les hommes les moins bourrés d'orgueil reconnaissent la nécessité d'accompagner les femmes, sans fermer l'œil sur leurs "défauts", mais c'est souvent théorique. Merci, mais pas suffisant, les intentions sans actions.

- Ma conviction -

S'il est bien vrai qu' « à coté d'un homme fort se trouve toujours une grande femme », c'est qu'il s'impose à nous de reconnaitre aussi la force de la femme, que pour son coté sexuel. Si le 8 mars est le bon jour pour reconnaitre la place de la femme, à lors faison de chaque année "un 8 mars" continu.

Je crois que la femme est une force souvent mise en veille, trop peu exploitée et peu sûre d'elle même. Si le 8 mars est un jour pour les droits de la femme, il vaut la peine d'être soutenue, ne serait-ce que pour d'abord dénoncer le mal qu'elle subit. Surtout qu'à travers l'histoire des peuples, la femme n'a jamais véritablement été mise à sa place.

Pourtant l'autre coté de la médaille décrit les femmes comme des personnes qui n'ont non plus jamais montré un engagement particulier qui ne soit pas d'étaler leurs peines. Au même moment, les femmes se disent délaissées, victimes de plus mauvaises situations humanitaires et de l'égoïsme masculin. Ce n'est pas juste, n'est-ce pas ! C'est clair, mais la vérité c'est qu'aussi, bien que l'homme n'ait pas laissé à la femme la chance de s'épanouir, cette dernière non plus n'a pas suffisamment fait preuve d'assez e compétitivité pour tout mériter.

- Sexe et Genre -

Le sexe est dans et porté par le genre, pas l'inverse. La femme fait partie des Hommes, pas que de l'homme. Et donc, apprécier la femme par son sexe revient à la réduire à un objet. Si le sexe se limite au masculin et au féminin et leurs caractéristiques respectives; le genre, lui, renvoie à un ensemble d'êtres de même nature ayant des traits communs. Ceci implique que l'homme comme la femme appartiennent au même genre, mais pas au même sexe. Ce qui leur confère les mêmes droits humains.

Mais hélas !, les hommes ayant vite tiré le drap de leur coté, ils se sont montrés plus éveillés au point qu'ils semblent propriétaires du monde et la femme. Mais là, c'est faux. La femme c'est d'abord une personne. Et même si la Bible parle de la soumission ou de l'obéissance, il ne s'agit pas de la traite ni de l'exploitation de la femme. Du coup, il revient à nous tous d'avoir un nouveau regard et une nouvelle considération des droits humains et de la femme.

- Encore un peu d'effort... -

Femme ma mère, femme ma sœur; le combat ne finira jamais. Aux plus cultivées d'encadrer les autres, soyez solidaires, vous serez une réelle force. Les femmes se soutiennent très peu et ne s’encouragent que rarement à prendre le risque. Les droits de l’Homme sont pour l’homme et la femme, le genre les rassemble, le sexe les rapproche. L’homme et la femme sont différents par nature, mais les droits humains font d’eux une seule personne.

Pas besoin de chanter la parité pour la mériter, il faudra travailler, prouver à l’homme que vous méritez plus que les faveurs. Loin de la galanterie, la femme doit imposer son savoir-faire qui lui vaudra un nouveau regard. Une femme accomplie est une d’abord une femme qui se connait, se comprend et qui agit. Femmes, vous pouvez le faire si vous pouvez joindre vos forces. Droits humains, droits pour tous, droit pour l’humanité. ©Fidèle BWIRHONDE  ©fideleblog.canalblog.com