L'actualité africaine a beau être dominée par la fièvre Ebola aujourd'hui, celle du monde n'est pas moins influencée par le réchauffement climatique. Un réchauffement qui voit fondre les glaces de la planète, disparaitre des espèces de la faune et de la flore mondiales, ou plutôt africaines. Une Afrique où des animaux, parmi les plus légendaires, s'effacent de la carte. Cette Afrique qui demeure toujours lente dans la marche du monde, sans manquer de suivre, et pourtant malade à plusieurs points.  Ebola aujourd'hui traumatise l'Afrique de l'Ouest et inquiète le reste du monde, mais les écologistes voient pire.

Massacre des Rhinocesros en Afrique. *Ph. david-ruffieux.over-blog.frDepuis des siècles, la naïveté de l'Afrique l'a placée à l'arrière-plan du progrès global du monde. Lorsqu'ils sont venus se partager l'Afrique, puis le coloniser, les occidentaux ont pensé d'abord au développement de leurs origines. Ils ont coupé les bois de nos ancêtres, ils ont fouillé nos terres et pris de nos minerais, ils ont traité au feu et au fer nos aïeux.

Aujourd'hui, des siècles après, les mêmes occidentaux ont développé de hautes industries, provoquant le monstre qu'ils ont été les premiers à dénoncé: le réchauffement climatique. Alors qu'ils élèvent des tours et bâtissent des industries, ils appellent aussi les africains comme les amérindiens à conserver leurs forêts, avec assez de mépris comme à l'époque de la Chine pauvre devenue imposante.

Puis ces mêmes occidentaux ont voulu produire davantage, et ils s'en sont pris à la faune africaine. Et voilà qu'aujourd'hui, Lion, Léopard, Éléphant, Rhinocéros et Buffle disparaissent drastiquement.

L'Éléphant, cet animal dont on dit qu'en Afrique Centrale, il disparait plus vite qu'il ne se reproduit. Et le braconnage est l'arme fatale qui s'en prend aux éléphants africains dont 6o% de l'espèce a disparu les 10 dernières années, avec une éventualité de disparition totale au prochain siècle, puisque leurs industries partout au monde veulent des ivoires. Ils accusent l'Asie alors que leurs industries qui y sont aussi installées.

Au même moment qu'ils mettent de la terre dans la mère pour élargir leurs étendues de continents, au même moment ils pillent nos forêts et y exploitent des matières premières. Et puis ils flattent leurs victimes comme la RDC, qu'elles sont les poumons du monde. Elles peuvent alors feindre de conserver leur nature tout en se faisant saigner de l'intérieur. Quelle naïveté!

Que dire de mieux aujourd'hui sinon appeler à sauver les quelques éléphants, buffles, lions, léopards et rhinocéros restants. Le monde pourrait en avoir besoin, mais l'Afrique plus encore. Nos forêts pourraient aider le monder, mais l'Afrique d'abord. Les minerais de l'Afrique ont causé trop de mal à l'Afrique, et on n'y peut plus rien maintenant. Nos faune et flore, avant qu'elles ne s'épuisent, peuvent encore être sauvées. Mobilisez-vous, Africains, que le mal contre vous ne passe plus par vous.

Gouvernants et gouvernés, tenez-vous les mains, avancez ensemble pour vos pays. Fuyez les intérêts égoïstes, soyez humains. Et même si mes phrases n'y changeront rien, comptons sur nous-mêmes! ©Fidèle BWIRHONDE  ©fideleblog.canalblog.com