Démis de ses fonctions depuis quelques jours, Ahmed Kalej Nkand, ex-ADG de la Gécamines suscite encore des débats. A-t-il suffit d'une faute grave comme annoncé pour le démettre? Peut-être bien, mais laquelle. Et si c'était un problème de relations dans politico-administratives? La Revue Jeune Afrique a réalisé l'article ci-bas et je vous propose de le découvrir dans ses révélations.

Ahmed KALEJ NKAND *Ex-ADG de la Gecamines

Le limogeage surprise d'Ahmed Kalej Nkand, administrateur-directeur général de l'emblématique Gécamines, n'est pas uniquement dû aux "graves erreurs de gouvernance" révélées par un audit. Kalej paie aussi sa mésentente personnelle avec Albert Yuma Mulimbi, le président du conseil d'administration.

Annoncé le 26 juillet, le limogeage surprise d'Ahmed Kalej Nkand, administrateur-directeur général de l'emblématique Gécamines, n'est pas uniquement dû aux "graves erreurs de gouvernance" révélées par un récent audit sur la gestion de cette compagnie minière, et comme l'indique laconiquement l'ordonnance présidentielle mettant fin à ses fonctions.

Kalej paie aussi sa mésentente personnelle avec Albert Yuma Mulimbi, le président du conseil d'administration de la Gécamines, qui est également à la tête de la Fédération des entreprises du Congo (FEC).

Opposition

Surtout, il se serait, selon de bonnes sources à Lubumbashi, opposé aux vues du député Zoé Kabila, frère cadet du chef de l'État, sur le gisement cuprifère de Kalumines, à Lupoto, au Katanga.

Homme d'affaires controversé - il est notamment propriétaire de restaurants, de clubs sportifs, d'une compagnie d'aviation et détient le quasi-monopole du marché des imprimés de valeur (timbres fiscaux, plaques d'immatriculation, etc.) en RD Congo -, Zoé Kabila est réputé influent auprès du président, surtout depuis la mort, en février 2012, du conseiller spécial Augustin Katumba Mwanke, dont Ahmed Kalej Nkand était l'un des protégés.  © Avec JeuneAfrique via fideleblog.canalblog.com