«Moi, Artisan de mon pays», est une émission que je présente sur la radio Don Bosco (103.10Mhz) à Lubumbashi. Dans l'un de ses numéros nous avions parlé de l'industrie touristique du Katanga au XXIème siècle: enjeux et perspectives. M. Marcel KWETE, coordonnateur provincial au Katanga de l'Office National du Tourisme (ONT); avec à ses cotés, Mlle Chancelle YUMBA, étudiante en Tourisme, étaient nos invités. Le débat portait sur l'existence de l'industrie touristique au Katanga, ses besoins, son apport, ses artisans, l'implication de l'Etat,... En voici le condensé.

BlogLe tourisme, est un ensemble de plusieurs éléments dont l'hébergement, la restauration et le transport. Il est le fait de voyager ou de parcourir pour son plaisir, un lieu autre que celui où l'on vit habituellement. Au Katanga, province riche avec ses chutes (Kiubo, Lofoï, Johnston), ses parcs (Kundelungu, Upemba), la majestueuse source du fleuve Congo, la tombe du roi M’siri (à Bunkeya), la prison de Kasombo (où était détenu Simon Kimbangu), le musée nationalde Lubumbashi ou son Zool’artisanat, etc. C'est une richesse incomensurable... Des villages comme Makwacha, des œuvres d'art,... tout ou presque tout est réuni pour parler d'une province touristique.

Presque tout parce que sur les 400 sites touristiques ressensés, la plupart sont inaccessibles, les infrastructures étant inadéquates. Le Katanga est donc une province touristique où le tourisme n'est presque pas vivant. Monsieur KWETE, notre invité, a mentionné que  le tourisme n'est plus seulement une affaire des plus riches qui, autrefois voyagaient à la recherche d’une autre façon de dépenser de leur fortune,  mais bien une affaire de tous. A mademoiselle Chancelle YUMBA d’ajouter que toutes les conditions seraient réunies si seulement on pouvait “redéfinir  le standard des services hôtelliers, relier les différents points de la province don’t ceux touristiques par des voies de communication viables, d'établir des logements dans ou près de différents sites touristiques,… Le retablissement de la paix est aussi un aspect indispensable pour plus d’attraction”. A monsieur Marcel KWETE d’ajouter : “Il est  vrai qu’il n’existe pas encore une loi cadre en matière de tourisme mais nous avons tous les atouts nécessaires pour une bonne industristrie touristique et ce en observant les lois existantes.”

Alors, peut-on parler d’une industrie touristique au Katanga? Monsieur KWETE est d’accord bien qu’il y ait encore des choses à règlementer. Le tourisme était initialement rattaché aux loisirs et à la santé, mais désormais il englobe également l'ensemble des activités économiques auxquelles la personne fait appel lors d'un déplacement inhabituel, comme les transports, les hôtels, les restaurants, les bars. C’est là la naissance de l’expression "industrie touristique". Ceci implique l'existence des moyens de transport fiables et viables, en plus de bonnes infrastructures.

On est sorti complétement d’accord que l’implication de l’Etat est attendu dans ce secteur en y accordant un budget approprié et plus de force au ministère de tourisme, en normalisant le secteur et ses services connexes, et en produisant des loi grantissant une nouvelle image au tourisme. ©Fidèle BWIRHONDE   ©fideleblog.canalblog.com