De même nature que ses compatriotes mais d'un cœur citoyen généreusement unique, le Docteur Denis MUKWEGE n'est plus aujourd'hui seulement un simple fils de Bukavu mais du monde qui salue ses actions. Il est devenue une seconde chance pour la majorité des femmes victimes des guerres imposées à l'Est de la Rdc.

Dr_Denis_MUKWEGE

Né à Bukavu le 1er mars 1955 d'un père pasteur protestant. Il suit un cursus scolaire primaire à l'Athénée royal de Bukavu et secondaire à l'institut Bwindi de Bukavu où il décrocha son diplôme d’État en Biologie-Chimie en 1974. Pour deux ans seulement, il sera à la faculté de polytechnique de l'Université de Kinshasa avant de il trouve sa vraie vocation. Il ira alors à la faculté de de Médecine  au Burundi en 1976. Il obtint en 1984, une bourse d'étude. Il partit alors pour une spécialisation en gynécologie en France, à l'Université d'Angers. Là il trouvera un emploi, pourtant en 1989, il décida de revenir au pays et tenir les rênes de l'hôpital de Lemera où il sera médecin directeur et prestera passionnément. Mais en 1996, avec la guerre de libération, l'hôpital sera sauvagement détruit. Plusieurs malades et soignants sont  tués mais le Dr Denis Mukwege s'en sortira et va se réfugier à Nairobi.

Soutenu par Pingstmissionens Utvecklingssamarbete, une ONG Suédoise, il retourna au pays malgré tout et fonda à Bukavu l'Hôpital de Panzi. Alors sa cible devient toutes les formes de destruction génitale que subissent les femmes à cause des guerres au Kivu. Son heure de gloire vient de sonner malgré les peines qu'il devra surmonter par la suite. Cet hôpital porte aujourd'hui sa renommée pour ses actions en faveur des femmes violées et ou torturées. Ces dernières sont aussi devenues ses ambassadrices aux yeux du monde. Pourtant malgré ses investissement dans le progrès de la femme congolaise délaissée par l’État, il a plusieurs fois été la cible des bandes armées échappant de fois à des tentatives de meurtre dont certaines auraient été commanditée par des hommes du pouvoir.

Pour récompenser ses actions généreuses, il a obtenu  plusieurs distinctions. En 2008, il obtint le Prix Olof Palme et Prix des Droits de l'Homme des Nations Unies, avant d'en obtenir le Prix Français des Droits de l'homme. Il est aussi chevalier de la légion d'honneur de France et la même année il a été élu Africain de l'année par la presse africaine. En 2010, le prix  Van Goedart lui fut délivré au Pays-Bas, puis en 2011  en Belgique, il reçut trois prix successifs: le prix Jean-Rey, le prix Roi-Baudoin et le prix de paix de la ville d'Yprès. En 2013, il a été nominé au Prix Nobel de la Paix qu'il hélas raté. Il a beau subir des menaces aujourd'hui mais pour la jeunesse congolaise et toute la nation, le Dr Denis MUKWEGE est un modèle de patriote sans pareil. ©fideleblog.canalblog.com